Conclusion de l'affaire Benhabib : une grande victoire pour la liberté - Djemila Benhabib
16299
post-template-default,single,single-post,postid-16299,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,vertical_menu_enabled,qode-title-hidden,side_area_uncovered_from_content,qode-theme-ver-9.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.11.1,vc_responsive

13 Déc Conclusion de l’affaire Benhabib : une grande victoire pour la liberté

 

Simon-Pierre Savard-Tremblay

Via Le Journal de Montréal (Québec), Conclusion de l’affaire Benhabib : une grande victoire pour la liberté

 

La longue affaire Benhabib, que nous avons analysé comme étant bien plus que judiciaire dans un billet antérieur, vient enfin d’arriver à terme. Le rideau est enfin tombé. Voici que le jugement rendu par Me Carole Hallée indique :

« Rien ne démontre que Djemila Benhabib avait le désir ou la volonté de causer de causer un préjudice à la réputation de l’École. »

« Une personne raisonnable ne conclurait pas que les propos tenus en ondes par Djemila Benhabib sont diffamatoires, écrit la magistrate dans sa décision de 43 pages. Cette personne comprendrait qu’elle y exprimait de bonne foi son opinion honnête et sa croyance sincère, qu’elle est libre de partager ou pas. »

« En somme, les propos de Djemila Benhabib sont au cœur de la raison d’être de la liberté d’expression, soit de favoriser la participation active aux débats sur des sujets d’intérêt public ayant un impact sur la prise de décisions d’intérêt social et politique. »

« À défaut d’accorder autant de protection à la liberté d’expression dans un contexte de débat d’intérêt public, c’est la société qui subira un préjudice énorme. »

«Ce ne sont pas les élèves ni leurs parents qui ont été visés par les propos de Djemila Benhabib. Elle n’a critiqué aucun individu, mais bien une école […] dans un contexte de sujets d’intérêt public. »

C’est tout un soulagement pour Djemila Benhabib, alors que cette affaire plane au-dessus sa tête depuis 2012.

Mais c’est aussi un poids qui vient d’être enlevé des épaules de la liberté d’expression. Il ne faut pas s’y méprendre : l’enjeu était gigantesque. Une victoire de l’École musulmane de Montréal (EMM) aurait eu des conséquences graves et durables. Les forces obscurantistes de l’idéologie du multiculturalisme seraient parvenues à museler la liberté d’expression. Ce n’est pas que Djemila Benhabib qui aurait été condamnée. Et nous sommes bien loin d’un événement à la Mike Ward: nous parlons ici du droit fondamental de critiquer les religions et leurs pratiques, ce qui devrait normalement être un acquis incontestable.

Djemila a gagné, preuve encourageante qu’il reste encore un peu de justice dans ce bas-monde.

Réjouissons-nous, les victoires sont assez rares par les temps qui courent ! Être Charlie veut assurément dire quelque chose.

 

Simon-Pierre Savard-Tremblay

Via Le Journal de Montréal (Québec), Conclusion de l’affaire Benhabib : une grande victoire pour la liberté

 

Aucun commentaires

Navré, les commentaires sont présentement désactivés pour cet article.