Neutralité de l'État: La législation ne va pas assez loin - Le Rassemblement pour la laïcité lance une nouvelle déclaration - Djemila Benhabib
16239
post-template-default,single,single-post,postid-16239,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,vertical_menu_enabled,qode-title-hidden,side_area_uncovered_from_content,qode-theme-ver-9.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.11.1,vc_responsive

08 Nov Neutralité de l’État: La législation ne va pas assez loin – Le Rassemblement pour la laïcité lance une nouvelle déclaration

Lisa-Marie Gervais

Via Le Devoir (Québec), La législation ne va pas assez loin

 

Le projet de loi 62 sur la neutralité religieuse de l’État ne va pas assez loin, selon le Rassemblement pour la laïcité, qui invite les Québécois à signer sa nouvelle déclaration publique. « La laïcité, la seule issue possible » a été signée jusqu’ici par 85 personnalités, dont Gilles Vigneault, Victor-Lévy Beaulieu et le cinéaste Bernard Émond, et est lancée alors que le Rassemblement présente son mémoire jeudi après-midi dans le cadre des consultations publiques sur le projet de loi.

 

En 2013, une déclaration semblable « plus générale » avait été appuyée par 62 000 signataires. André Lamoureux, politologue de l’UQAM et porte-parole du Rassemblement, croit que cette nouvelle déclaration est aujourd’hui nécessaire puisqu’en trois ans, les choses ont passablement changé. « L’intrusion des religions est plus forte et les manifestations de l’intégrisme se multiplient », a-t-il soutenu. L’augmentation des accommodements religieux, les pratiques autorisant les baignades séparées pour les hommes et les femmes sont, selon lui, d’autres exemples d’une situation qui s’aggrave.

 

Il dit même avoir vécu, à travers sa fille, une expérience de « manifestation d’intégrisme religieux » alors qu’une fillette de neuf ans est un jour arrivée en classe en portant un voile. « Ça provoque un choc. Ma fille m’a dit qu’elle ne leur parlait plus et qu’elle se tenait toute seule au lieu de s’intégrer », a-t-il raconté.

 

Non aux signes religieux

 

Lors de son temps de parole cet après-midi sur le projet de loi 62, le Rassemblement pour la laïcité demandera que le gouvernement interdise les accommodements raisonnables et le port de signes religieux dans la fonction publique. « Nous considérons que le temps est venu pour l’instauration d’une véritable laïcité consacrée au plan législatif, capable de gérer positivement la diversité au sein de la société québécoise et de favoriser l’intégration des nouveaux arrivants, a affirmé M. Lamoureux. Les Québécois et Québécoises ne peuvent se satisfaire d’une législation semblable au projet de loi 62 prétendant faussement établir une neutralité de l’État mais laissant grandes ouvertes les portes à l’intrusion du religieux et à l’intégrisme au sein de l’État. »

 

Dans son mémoire, le Rassemblement plaide également pour que cesse le financement des écoles privées religieuses. Il souhaite aussi l’élimination du volet « culture religieuse » du cours Éthique et culture religieuse. Citant un exemple personnel, M. Lamoureux soutient qu’à cause de ce cours, l’école « parle tout le temps de religion » et que cela « crée l’obligation de croire chez l’enfant ». « Mon fils est venu me voir et m’a demandé : “Papa, pourquoi tu ne crois pas en Dieu, toi ?” »

 

Également signataire de la déclaration, la militante Djemila Benhabib déplore que les tenants d’un État laïque soient trop souvent accusés d’islamophobie. « La déclaration d’aujourd’hui est importante car elle vient clarifier les choses et nous dire que la laïcité est la solution […] à un moment où on accuse les laïcs d’être à l’origine de toutes les dérives que vit notre société, et cela est inacceptable, dit-elle. Certes, [la laïcité] mérite d’être rafraîchie et actualisée, mais jamais d’être accusée et stigmatisée comme on le fait depuis un certain temps. »

 

Lisa-Marie Gervais

Via Le Devoir (Québec), La législation ne va pas assez loin

Aucun commentaires

Navré, les commentaires sont présentement désactivés pour cet article.