Saint-Léonard - Chronique Journal de Montréal - Djemila Benhabib
15891
post-template-default,single,single-post,postid-15891,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,vertical_menu_enabled,qode-title-hidden,side_area_uncovered_from_content,qode-theme-ver-9.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.11.1,vc_responsive

02 Fév Saint-Léonard – Chronique Journal de Montréal

En réaction à ma chronique d’hier, une lectrice G. qui demeure à Montréal nord m’a appris qu’une école islamique, englobant les trois paliers de scolarisation: préscolaire, primaire et secondaire,  prend de plus en plus d’expansion. L’école, est d’ailleurs, en plein recrutement.

 

Mme G. a reçu un dépliant assez édifiant à cet effet dans lequel on peut lire, entre autres que : « La mission des Écoles Musulmanes de Montréal est d’éduquer et inspirer une génération de jeunes femmes et de jeunes hommes pour atteindre l’excellence en éducation tout en développant leur personnalité Islamique en établissant une relation solide avec Allah. » Sur le site Internet de l’école http://www.emms.ca, la version est légèrement différente.  Il est plutôt question « de rapport ferme avec Allah au lieu d’une relation solide. » Toujours est-il que l’éducation est, très axée, sur les récitations coraniques. D’après, encore une fois, le site Internet de l’école, une attention particulière est donnée à deux sourates dès les premières années de l’école primaire. Il s’agit de la sourate Al-waqia (L’événement) et de la sourate Ar-Rahman (Le Tout Miséricordieux). Cette dernière, qui s’inscrit dans une logique purement créationniste,  énumère, une à une toutes les créations de Allah et se conclue par les versets suivants en faisant une description du paradis comme suit :

 

« là, il y aura des vertueuses et des belles.

Lequel donc des bienfaits de votre Seigneur nierez-vous ?

des houris cloîtrées dans les tentes,

Lequel donc des bienfaits de votre Seigneur nierez-vous ?

qu’avant eux aucun homme ou djinn n’a déflorées.

Lequel donc des bienfaits de votre Seigneur nierez-vous ?

Ils seront accoudés sur des coussins verts et des tapis épais et jolis.

Lequel donc des bienfaits de votre Seigneur nierez-vous ?

Béni soit le Nom de ton Seigneur, Plein de Majesté et de Munificence ! »

Quant à la sourate Al-waqia (L’événement), elle est d’une violence inouïe à l’égard de ceux qui ne croient en la résurrection. On y lit :

 

« Et s’il est de ceux qui avaient traité de mensonge (la résurrection) et s’étaient égarés,

alors, il sera installé dans une eau bouillante,

et il brûlera dans la Fournaise.

C’est cela la pleine certitude.

 Glorifie donc le nom de ton Seigneur, le Très Grand ! »

 

Madame G.  m’écrit :

«  Je suis choquée car nulle part je ne vois le mot INTÉGRATION ou et le désir d’être un bon CITOYEN dans le pays d’accueil. Je suis également choquée de l’inertie de notre gouvernement qui laisse tout passer sous prétexte des droits et libertés. D’où vient le financement? Une partie provient-elle des fonds publics?  Comment peut-on s’intégrer quand on s’isole? Comment peut-on espérer se faire une place sur le marché du travail?  On critiquera sûrement et on dira que les chances ne sont pas égales… »

 

Quel est votre avis sur l’enseignement islamique qui se donne dans cette école?

 

Merci pour tous vos commentaires et vos analyses. Merci aussi pour vos encouragements et votre infinie délicatesse à mon égard. Je suis immensément heureuse à l’idée de vous lire, de m’enrichir de vos expériences et d’engager un débat, franc et honnête, avec vous. Merci au Journal de Montréal de me permettre de le faire en m’offrant cet espace d’échanges si privilégié. Merci à son équipe de m’accueillir en son sein. Merci à ses membres que je considère déjà comme faisant partie de ma famille d’idées.  Merci de participer à ce bouillonnement et ce foisonnement intellectuels si nécessaire à notre démocratie. Merci, à vous chers lecteurs, de m’éclairer de vos lumières, de poursuivre la réflexion, dans le respect des opinions des uns et des autres, loin, toujours loin et encore plus loin de toute rectitude politique avec, bien entendu, la rigueur intellectuelle qui s’impose. Je vous invite à lire les commentaires des uns et des autres. Ces derniers fourmillent de mille et un détails instructifs. J’ai particulièrement aimé celui de la travailleuse sociale qui explique en quoi consiste son travail et de quelle façon il a évolué. Nous avons besoin que des professionnels s’expriment. Je serai à leur écoute. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle j’ai décidé aujourd’hui, de publier ce commentaire d’une lectrice. Si vous êtes témoin de quelque chose que vous souhaitez partager, il y aura toujours un espace, pour vous, dans ce blogue.

Merci, encore de l’enrichir!

Aucun commentaires

Navré, les commentaires sont présentement désactivés pour cet article.